Exporter : « Ce n’est pas une question de taille »

Publié le par André Rouchès

Christine Lagarde Ministre déléguée au Commerce extérieur est venu dialoguer le 17 octobre 2006 avec les chefs d’entreprises de l’est parisien sur le thème «Face à la mondialisation, les entreprises françaises martyres ou conquérantes ? ». Organisée par P. Beaudouin Député de Fontenay-sous-Bois, Vincennes et Saint-Mandé avec le concours du Medef de l’est parisien (1) et du Club Affaires et Convivialité cette rencontre a aussi bénéficié de témoignages d’entreprises pratiquant l’exportation.

 

Cap export propose des mesures d’encouragement

 

 

« J’ai préféré utiliser ce qui marche en le complétant plutôt que d’inventer des choses nouvelles. En même temps mon action consiste à sensibiliser, simplifier et entraîner » a déclaré Catherine Lagarde avant de décrire Cap export, le dispositif d’accompagnement des entreprises qui souhaitent se positionner sur le plan international. Le crédit d’impôt à l’export intègre les rémunérations des volontaires internationaux, y compris pour l’action au sein de l’UE. A ce jour 4000 jeunes de 18 à 28 ans qualifiés et motivés ont choisi le dispositif VIE dorénavant gérée par UBIFRANCE.

 

Il est possible aussi pour les salariés d’une entreprise de bénéficier d’exonération fiscale de 50% des revenus à partir du moment où plus de 120 journées de travail sont consacrées à l’étranger. S’agissant de l’assurance prospection la Coface propose de couvrir jusqu’à 80% des frais engagés. Si l’affaire ne se fait pas les dépenses sont remboursées. Enfin la labellisation permet une prise en charge d’une partie des frais de salons, foires et congrès avec une prédilection en direction des pays pilotes tels la Russie, la Chine, l’Inde, le Brésil mais aussi le Japon et les États-Unis.

 

Le cycle de Doha est suspendu

 

 

Il a fallu se rendre à l’évidence. Le cycle des négociations à l’OMC commencé à DOHA est en panne. C’est pourquoi Genève préconise des négociations bilatérales de zone à zone. C’est ainsi que l’UE peut négocier des accords commerciaux avec la Corée du Sud, le Mercosur, l’Euromed, le Golfe…

 

Christine Lagarde est aussi en charge de l’attractivité du territoire. Comment attirer les investissements étrangers bien nécessaires pour créer des emplois dans notre pays ? « La France est le 4ème pays d’accueil au monde en ce domaine et c’est tant mieux pour notre économie et par conséquent nos emplois. »

 

 

Le patron de Quinette Gallay témoigne

 

 

Le fabriquant de fauteuils s’est fait une place à l’international avec 60% de ses 35 M d’Euros de chiffre d’affaires qui en résultent. Pour parvenir à ce résultat « il faut se comporter en machine à vendre beaucoup plus qu’en machine à fabriquer. Et consacrer de 8 à 10 % de son chiffre d’affaires à la recherche développement pour innover sans cesse. L’organigramme doit être adapté en conséquence en privilégiant la logistique. » a rappelé Antoine Hollard Président Directeur Général. Enfin la sécurisation des paiements, le respect des calendrier sont des exigences qui finissent par payer tout comme s’appuyer sur des jeunes auxquels on confie le soin de défricher les marchés extérieurs.

 

(1) Le Medef a publié un fascicule intitulé L’indispensable de l’export. Les dispositifs d’appui et les interlocuteurs de l’export. Il est téléchargeable sur le site Internet de l’organisation patronale.

 

Publié dans Au fil de l'action

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Claude MOREL 03/11/2006 12:49

Bravo, c'est bien !!